Baran

16 septembre 2015

un jolie conte sérère

 

 

conte1

Posté par baran à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


14 octobre 2014

Une chrétienne et un musulman 52 ans plus tard

En ce moment, se vit le synode des familles.  38 laïcs y participent en tant qu'auditeurs. Chaque jours au moins un d'entres eux inaugurent la journée de travail en confiant un témoignage. Celui de Jeannette Touré, présidente de l'association catholique de Côte d'Ivoire, m'a touché car même si mon couple est catholique, beaucoup dans mon entourage vivent une situation similaire sans avoir autant de sérénité. Je vous copie donc l'ouverture de cette troisième journée : 

"Éminences, Excellences,

Révérends Pères, Révérendes Sœurs,
Chers amis auditeurs de la troisième Assemblée générale extraordinaire du Synode des évêques,

C’est une évidence pour nous chrétiens de dire que c’est Dieu qui a conçu l’idée de la famille et qu’en le faisant, Il nous a donné plusieurs principes dans sa parole concernant sa structure, ainsi que le rôle que doit jouer chaque membre. Il me paraît donc raisonnable de penser qu’II est le mieux placé pour nous montrer comment doivent fonctionner toutes les familles afin d’éviter les précipices qui les détruisent. Cependant, une question mérite de retenir notre attention.

Qu’est-ce que la famille, mieux, doit-on encore parler de la famille au singulier ? La question mérite d’être posée quand on sait que de nos jours, la famille moderne est bousculée par l’augmentation des divorces , la chute des mariages, le nombre croissant des enfants nés hors mariage . Que dire, quand on voit tout autour de nous, l’extrême diversité des modèles familiaux : familles monoparentales, familles recomposées, familles à fidélités successives, familles éclatées, communautés de familles, familles homosexuelles… Est-ce bien cela la famille selon le cœur de Dieu ?

 

À la vérité, la famille telle que voulue et aimée de Dieu est la seule qui se doit : « Homme et femme il les créa afin qu’ils fécondent la terre et soient heureux » ( Gn 1, 27). Et à ce titre, elle se doit d’être image et ressemblance de Dieu partout où elle se trouve. Elle doit être, pour son entourage, porteuse de la Bonne Nouvelle du Salut par son témoignage de vie. Pour nous, en tant que couple mixte, ce thème  : « Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation » est d’autant plus important qu’il s’applique à notre réalité : comment un homme, un musulman, et une femme, une chrétienne catholique qui se sont aimés il y a de cela un peu plus de cinquante-deux ans, et qui continuent de s’aimer encore aujourd’hui, peuvent-ils être témoins de l’évangile pour leurs enfants, pour leur entourage, pour leurs amis, pour leurs différentes communautés religieuses ?

Notre contribution à ce thème voudrait être notre témoignage de vie : cinquante-deux années de vie commune dans la tolérance, le respect mutuel de nos croyances, dans le soutien l’un de l’autre, dans l’éducation chrétienne de nos enfants (qui sont tous baptisés à l’Église catholique et ce avec l’accord de mon époux), tout cela en accueillant les joies reçues du Seigneur et en gardant beaucoup d’espérance au cœur des difficultés. De cette union sont nés cinq enfants et six petits-enfants à qui nous avons inculqué nos valeurs de respect de l’autre dans la différence et à qui nous avons donné la foi.

 

Merci à mon époux qui a accepté que nos enfants soient tous catholiques. Eux aussi à leur tour essaient d’être porteurs de la Bonne Nouvelle autour d’eux. La famille, particulièrement la famille africaine, a le devoir de témoigner de sa foi dans son milieu de vie et dans son entourage. C’est aussi un défi quand on connaît le poids de nos traditions. Nos choix et nos décisions doivent aider notre entourage à mieux connaître, accepter et aimer Dieu.

En face des modèles pas toujours reluisants, il nous faut affirmer qu’il y a un optimal à rechercher pour le bonheur de tous et de chacun et que la famille étant le lieu d’une attente considérable, il en résulte que notre monde a besoin de modèles sur le plan de la famille comme dans bien d’autres domaines. Devant donc toutes ces menaces qui pèsent lourdement sur la famille , il me paraît urgent, que les familles reviennent à leur mission à savoir que :

– La famille est le lieu où l’on peut être soi-même et, enlever son masque sans être jugé ; le lieu où l’on apprend à avoir confiance en soi grâce au regard admiratif et en même temps lucide que les parents portent sur leur progéniture. Elle est le lieu où l’on vit l’amour au quotidien, où l’on échappe à la solitude, où l’on apprend à partager, à s’épanouir pleinement.

– La famille est le lieu où la vie sociale s’apprend en douceur et où l’on fait l’apprentissage de la différence ; le lieu où l’on transmet les valeurs. C’est que la famille doit favoriser la communication entre ses membres, pour devenir le lieu où l’amour doit se dire et la tendresse paternelle, notamment, doit s’exprimer.

 

Vous le savez certainement, la construction d’une famille nécessite un engagement généreux des époux dans cette formidable aventure, un défi lancé au temps par la décision de vivre la fidélité, un pari fait sur l’amour sans regarder en arrière et en prenant les moyens de rester fidèle, en cessant de songer à son unique épanouissement et à son unique confort.

De même, vous remarquerez que les familles dont les contours sont imprécis, où chacun fait ce qu’il veut et pense d’abord à lui, ne vont pas très loin, tout comme les familles totalitaires, c’est-à-dire, ces familles qui prétendent se suffire à elles-mêmes.

À la vérité, il s’agit pour les familles aujourd’hui de s’engager au service de la cité, d’entrer dans des associations, d’entrer en relation avec Dieu. Et c’est là tout le défi que nous avons à relever tous ensemble.

Je vous remercie."

Posté par baran à 09:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 octobre 2014

La nuit est tombée sur Dakar

Cela faisait longtemps que je n'avais pris le temps d'écrire sur ce blog. Merci à tout ceux qui le consulte, plus de 11 500 personnes depuis sa création ! (Et il n'y a pas que ma famille promis)

J'ai la chance d'habiter à côté d'une bibliothèque qui porte le nom de Senghor. 

 

téléchargement

 

Au hasard de mes promenades dans les rayons je suis tombée sur ce roman : "la nuit est tombée sur Dakar" d'Aminata Zaaria Taina édité chez Grasset. 

Cette journaliste sénégalaise,plus connue sous le nom de Sophie Dièye, native de Thiès, nous livre son premier roman après une pièce de théatre joué dans au moins cinq pays, "Consulat zénéral".

Vous pouvez aussi la voir dans le film de Chantal Richard dans le rôle d'Aminata : "Lili et le baobab" (avec Romane Bohringer en tête d'affiche)

 

De quoi s'agit-il ?

  "Deux jeunes Sénégalaises de 17 ans quittent leur village natal pour mener " la grande vie " à Dakar. Pour survivre, elles se retrouvent dans le lit de vieux " toubabs ". Le rêve se transforme vite en cauchemar."

Je l'ai lu en quelques heures tellement le sujet est réel, touchant tout en étant dramatique. Cette idée que se font les expatriés qui ne voient pas toujours la réalité de la vie locale, et cette idée de pseudo liberté et de richesse que pourraient leur apporter les étrangers, qu'ont les jeunes sénégalais. C'est un roman poignant, les personnages sénégalaises sont émouvantes, les blancs m'ont navré. Bref un sujet de société et un livre dont il ne faut pas passer à côté.

 

Baran

20 décembre 2013

Si vous avez quelques minutes...

pour répondre à tout petit sondage concernant une création d'entreprise autour du Sénégal et de la Guinée Bissau (la partie Manjac bien sur !!!)

C'est un bébé que j'aimerais faire naitre car cela me tiens vraiment à coeur.

 

Merci à ceux et celles qui répondront (manjac ou non !!!)

 

https://fr.surveymonkey.com/s/PR8WMDJ

Posté par baran à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2013

L'aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane

Au tout début de ma relation avec Wassindji, j'ai voulu en connaître plus sur la culture sénégalaise notamment grâce à la littérature. A l'époque on m'avait conseillé "l'enfant noir" de Camara Laye et "l'aventure ambiguë" de Cheikh Hamidou Kane. Le premier a vite été écarté car il me rappelait trop les listes de lectures au collège. 

kane 

 

Alors direction la Fnac et à peine monté dans le bus me voilà avec mon précieux livre qui allait m'en dire plus sur cette culture qui me fascinait tant. Je n'ai pas dépassé le chapitre 3.

 

 

J'ai essayé de le lire maintes et maintes fois en 10 ans, les premiers chapitres m'ont toujours paru incompréhensible. Je l'ai même emmené au Sénégal me disant que se serait de l'immersion totale. Encore un échec.

 

L'aspect monologue philosophique n'est pas ce qui me plaît le plus dans un livre.

Il reposait là dans ma bibliothèque et puis je suis tombée par hasard sur un article traitant de ce côté philosophique. J'ai vite repris mon bouquin et là tada !!!! je l'ai finis non sans mal. 

 

 

C'est un beau livre qui mérite une grande réflexion mais si c'est votre premier bouquin "africain"... commencer par autre chose !!

 

 

 

 

Comme vous avez pu le comprendre je ne vous ferais pas une analyse philosophique du sujet mais je vais quand même vous faire un jolie copié coller de wikipédia sur la 4eme de couverture :

"L'aventure ambiguë est l’histoire d’un jeune homme du nom de Samba Diallo, héros au pays des Diallobé. Dans le roman, nous assistons tout d’abord à son passage de l’école coranique à l’école des Blancs. Trois personnages exerceront une influence sur lui dans la première partie de l’œuvre, à savoir le chef des diallobé, son maître spirituel Thiérno et sa tante, la Grande royale. Cette dernière insistera pour que Samba Diallo aille à l’école nouvelle afin d’apprendre cet art de vaincre sans avoir raison. Dans la deuxième partie de l’œuvre nous avons son séjour en occident, précisément en France. Ce séjour provoquera la mise en question de sa foi en Dieu… Enfin nous avons son retour au pays de Diallobé et sa mort causée par le fou."

Cette oeuvre date de 1961 et a obtenu le grand littéraire de l'Afrique noir en 1962 !!

 

 

Et comme j'aime bien les choses bien faites une petite biographie de son auteur (source evene le figaro.fr)

"Cheikh Hamidou Kane est le "classique africain" le plus connu au monde, auteur du célèbre livre L'Aventure ambiguë. Ce roman d'inspiration autobiographique,traduit dans une trentaine de langues, est encore aujourd’hui enseigné dans de

nombreuses universités à travers le monde.

D'origine peule, Cheikh Hamidou Kane est aussi un haut
fonctionnaire sénégalais qui occupa des fonctions ministérielles. Il suit d'abord une formation traditionnelle en fréquentant une école coranique puis
une formation occidentale en intégrant l'école française de Dakar. Il poursuit
ses études supérieures à Paris, à la Sorbonne, où il obtient une licence de
Droit et une licence de Philosophie ainsi que le Brevet de l'Ecole nationale de 

6a00d8341bfb1653ef016306165006970dla France d'Outre-Mer. Pendant ses études à la Sorbonne, il fréquente les

cercles intellectuels et collabore à la revue Esprit.

Il rentre dans son pays où il occupe d'importantes fonctions
administratives. En 1960, il est nommé gouverneur de la région de Thiès. Il
devient Commissaire général au Plan, en 1961, puis Ministre du Plan. La même
année, il publie L'Aventure ambiguë, roman écrit en 1952 mais
édité neuf ans plus tard. Ce récit du déchirement d'un émigré africain en
Occident pris entre deux cultures reçoit le Grand prix littéraire d 'Afrique
noire en 1962.

 

 

 

 

En 1995, il publie Les Gardiens du Temple, suite
de son premier roman. 

Impliqué dans différents enjeux qui touchent l'Afrique, il préside de
nombreuses associations dont Enda-Tiers Monde, ONG engagée dans la lutte contre

sddefault


la pauvreté, "Les enfants d'abord" qui s'occupe des problèmes de
santé avec l'UNICEF et l'association des amis de la culture peule. Il a également dirigé la société Dakar-Marine et, en 1981, les
Industries chimiques du Sénégal.

Les cinquante ans de la parution de L'Aventure
ambiguë ont été célébrés au siège de l'Organisation internationale de la

Francophonie à Paris."

 

Bonne lecture

 

 

https://www.facebook.com/pages/Baran-manjak/519145778096817?ref=hl

 


12 décembre 2013

Miss Manjak France 2014

 

est........... Miss Benitch prénommée Jocelyne Mendy.

Félicitation à elle. 

 

1452305_10202880823843323_914020145_n

 

 

https://www.facebook.com/pages/Baran-manjak/519145778096817?ref=hl

 

Posté par baran à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 août 2013

compter de 1 à 10 en manjak

 

compter

 

1 = plolé

2 = këtab / guiteube

3 = koants / guante

4 = Kêbakere / guibakere

5 = kagnane

6 = paaj

7 = paaj na plon /paaj di plolé

8 = kôass

9 = kôass na plon/nobi

10 = ùntaaja/ontaaja

 

selon les village la prononciation change mais on vous comprendra avec ces mots. 

Posté par baran à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 juin 2013

la saison des mariages est ouverte

Si vous êtes en couple avec un(e) manjack, vous avez du vous apercevoir que pas mal de mariages, communions, baptemes s'annoncent. Nous allons nous concentrer sur les mariages mais tout ce qui suit fonctionne pour les baptemes et communions.

531160_146623135499785_592715803_n

Le mariage de 2013 ressemble à un mariage "from the states" de 2013. Je veux dire par là que vous verrez une horde de demoiselles et de garçons d'honneur ayant en commun le tissus de leur tenu. Cette fête étant une fête de famille à moindre coût au maximum, ils feront le service bien souvent (sinon les serveurs auront encore un autre tissus).

Comment s'habiller ? Mesdames mettez votre plus belle robe, une belle paire de talon avec un make-up parfait. En effet si vous n'en possédé pas il est temps d'investir car les toilettes de ces dames sont souvent juste somptueuses qui leur donne une classe qui vous fait vite sentir être un sac à patates.

Messieurs ne pensez pas échapper au costume cravate. La sapologie vous connaissez ?

Si vous avez des enfants... comment vous dire, FAITES LES GARDER !! Ils sont les bienvenue bien entendue, mais il rien ne sera prévu pour les petits bouts et dîner à 22h risque d'être difficile pour eux.

 

734432_146633152165450_1760539402_n

L'organisation peux paraître assez surprenante. En effet, s'installer dans la salle peux être très long (souvent 1h) car entre ceux qui sont inviter et ceux qui ne le sont pas bien souvent il n'y a pas assez de tables. du coup les garçons et demoiselles d'honneurs ne sont pas de trop pour rajouter les tables et couverts.

Me direz vous comment des gens non invité peuvent venir ? Et bien oui comme dans tous les mariages africains tout le monde est invité. Les cartons d'invitations avec coupons réponses ne sont pas concevables pour eux. Voilà comment on peux se retrouver à 400 personnes. Rappelons nous que dans la  vieille France d'autrefois c'était la même chose.

Quand au dîner il peux sembler interminable pour les non initié car cela arrive que l'on commence à préparer la salade une fois les invités installés. Mais l'attente en vaux largement la peine.

En ce qui concerne la musique, je vous préviens c'est fort, très fort. Si vous êtes sensibles, prévoyez les boules quies. Et puis n'attendez pas Gilbert Montagné car même les mariages mixtes c'est de la musique ouest africaine. N'ayez pas peur, les manjacks seront vous mettre à l'aise et vous mettrerons les pas avec joie.

 Un vrai moment de joie et de gaieté !!

 

 

Enfin en manjack mariage se dit bënim

 https://www.facebook.com/pages/Baran-manjak/519145778096817?ref=hl

Posté par baran à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 mai 2013

journée culturelle Fascae 2013

941732_651913368157038_650415574_n

Encore une bonne journée et soirée qui s'annonce avec la journée culturelle de l'association Fascae cuvé 2013. Cette année est pleine de surprises (forcément je ne vais pas vous les dire !). La culture manjack sera plus que mis à l'honneur à partir de 15h. Allez y nombreux, vous ferez une bonne action et vous passerez un bon moment.

 

https://www.facebook.com/pages/Baran-manjak/519145778096817?ref=hl

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par baran à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 mars 2013

Le massage des bébés en Afrique

326

 

De nos jours, lorsqu'un bébé naît, les jeunes parents savent, grâce aux nombreuses lectures, que masser les bébés est très bénéfique. En Afrique et en Asie, ces pratiques sont ancestrales.

An Afrique subsaharienne, les grands-mères et les mères massent les enfants jusqu'à 4-5 ans environs. Elles utilisent de l'huile de palme ou du beurre de karité.

Mais attention âme sensible s'abstenir car ces massages ne sont pas que des caresses pour appliquer une crème mais des massages plus que vigoureux. Ne pensez pas que vous pourrez apprendre rien qu'en regardant votre belle-mère faire. Cela demande un vrai savoir de guérisseur. Vous devez savoir que votre médecin vous déconseillera ce massage car il y a des risques notament au niveau du cou si le massage est effectué par une personne novice.

 

bebe_defroisser

 

 

Cependant, il est bénéfique pour les bébés et est un vrai moment de détente pour eux.

Je vous mets un lien qui vous permets de voir un vrai massage chez les wolofs : cerimes.fr/le-catalogue/le-massage-du-nourrisson-damp-wolof.html

 

 

https://www.facebook.com/pages/Baran-manjak/519145778096817?ref=hl

Posté par baran à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,