S’il y a une chose qui devait caractériser le peuple manjak, se serait le pagne, bléénj. Ce tissu que les hommes et les femmes se nouent autour de la taille, fait la réputation et la fierté des manjaques. Les tisserands sont connus et réputés même chez les wolofs en nommant le pagne sëru njaago.

Il est partout et pour toutes les occasions. De la naissance où l’on emmitoufle le nouveau-né, jusqu’au tombeau du défunt, le pagne est présent. 

D’après la légende, un esprit aurait appris le tissage à un homme de Kalëkis (Calequisse en français) après signature d’un pacte entre l’homme et l’esprit. L’homme sympa quand même finit par l’apprendre à ses congénères.

 

381564_2600858709324_1446677287_n

 

Tissé à la main exclusivement par les hommes (les femmes sont quand même là pour la finition hein !), le confectionner fait travailler tout le corps et est épuisant (j’ai essayé et je confirme c’est physique).

Comparé au wax, il est plus épais et paradoxalement plus souple (très pratique pour porter bébé dans le dos, je vous le garantie).

Quant à son prix en France, compter 40€ pour une housse de coussin. Mieux vaut l’acheter sur place ou se le faire offrir.

 

pagne-tisse-manjak-senegal

 

http://www.facebook.com/pages/Baran-manjak/519145778096817